Mes Motsdoubs

Ce blog prend le relai de mes 2 autres blogs :

Bricoler, jardiner avec passion, cuisiner avec amour, m'occuper de ma maison, réaliser de jolies tables, lire, faire des exercices d'écriture, photographier, bloguer et facebooker, initier mes petits enfants à la peinture et à plein d'autres choses, nager et bouger autant que mon corps me le permet...quoi c'est ça être retraitée vous êtes sûre, je pensais que c'était mon troisième métier!!!
A noter, qu'en entrant votre adresse mail en haut à droite de mes blogs vous pouvez être averti par un mail à chaque nouvel article

lundi 27 février 2012

Le vieux couteau.


Une fourchette et un vieux couteau se rencontrent dans un lave vaisselle: racontez

- Oh Oh mais qu’est ce qu’il m’arrive,
- Ben, c’est l’heure du bain papy
- Hum, hum un peu de respect la p’tite fourchette
- Tu n’connais pas le lave-vaisselle?
C’est que de mon temps on me mettait dans une grande bassine, on me frottait lentement, ensuite on m’essuyait délicatement, en prenant soin de me faire briller.
- Dis donc ça doit te changer! Un coup de jet par ci, un coup de jet par là, et j’te dis pas le reste!....mais pourquoi on t’faisait briller?
-Vois-tu Demoiselle fourchette, moi je suis en argent, et je suis conservé dans un écrin.
- Rien que ça!
- Oui oui rien que ça! Mais je crois que l’on m’avait oublié, il y a bien longtemps que l’on ne m’a pas utilisé.
- Moi pas besoin de me faire briller, je suis en inox mat!
- En quoi?
- Laisse tomber!
- Oui et moi je suis décoré, regarde ces initiales, ce décors… heu toi on ne peut pas en dire autant jeune fille!
- Ben moi j’ suis à la dernière mode, manche élancé, lame pointue…
- Oh là mais cette chaleur, c’est insupportable
- Va falloir t’y habituer! On est en train de nous sécher
......
- Et ce bruit?
- La porte s’ouvre… on va nous ranger…. Au revoir vieux couteau!

samedi 25 février 2012

Le scarabée et le grillon


Un scarabée sur le dos se retrouva
et pour la première fois vit le ciel en entier.
Que faites-vous en pareille posture ? s'étonna...
Essayez de poursuivre telle une fable . blog entre2lettres 

Un scarabée sur le dos se retrouva
Et pour la première fois vit le ciel en en entier
Que faites-vous en pareille posture ? S’étonna
Le  grillon, essayant de le remettre sur pied.

Vous n’êtes qu’un sot!  Pour moi la lune et le soleil
Sont en fait plein d’enseignement!
Je me plais dans un état pareil
À scruter le ciel longuement.

Deux jours passèrent et toujours,
À son observation l’insecte se trouvait.
Ah mon voisin le grillon, bonjour,
Si vous m’aidiez à me retourner j’applaudirais.

Le grillon lui répondit, que néni,
Moi aussi, j’ai fort à faire,
car voyez-vous avant midi
il me faut donner un concert.

vendredi 24 février 2012

Histoire de transistor


Ecrire sur un objet courant de votre passé. La description doit se faire en détails, afin de provoquer la nostalgie.
Cela peut être un objet, ou quelque chose que vous faisiez autrefois et que vous ne faites plus aujourd’hui. 

Tiens en choisissant l’objet que je vais décrire, je m’aperçois que son nom n’est plus du tout usité aujourd’hui….
Le transistor quelle révolution fin des années 60, époque à laquelle il est entrée dans de nombreux foyers français.
Jusque là, un gros poste trônait à la cuisine. Ces postes étaient volumineux car ils fonctionnaient avec des lampes. La découverte de l’élément électronique nommé transistor qui pouvait remplacer un circuit composé de plusieurs lampes, allait faire naître des appareils aux tailles de plus en plus petites. Je pense que c’est entre 65 et 70 que mes parents, remplacèrent leur fidèle compagnon, par le fameux transistor. Son avantage dû à sa taille, était que l’on pouvait le promener dans la maison même s’il en fonctionnait que sur le secteur, mais ma mère l’installa au dessus du frigidaire, et il n’en bougea plus. Son antenne permettait de capter des fréquences nouvelles, et d’écouter France musique ou France culture sur la modulation de fréquence comme on l’appelait.
Les appareils à piles sont apparus autour de 1970, les transistors ont vu leur taille diminuer, certes pas toujours au bénéfice de la qualité, mais surtout au bénéfice, de la mobilité. On pouvait alors se promener avec son transistor.. Les prix ayant énormément diminués,  de plus en plus de personnes achetèrent un transistor .Au début des transistors à piles, je me souviens, que certains très fiers d’en posséder n’hésitaient pas à le sortir de la maison. On l’emmenait entre autre à la plage. Les bords de l’eau qui jusque là n’avaient connu qu’une douce quiétude, étaient envahis par ces appareils qui distillaient leur musique ou le tour de France, de façon assez bruyante il faut le dire. Plus question de tranquillité lorsque nous passions l’après –midi à la rivière, nous devions ostensiblement supporter les bavardages ou autres chansons sur des appareils à la qualité souvent médiocre. La miniaturisation progressa très vite, si bien qu’il arrivait même de voir des gens se promener avec leur transistor contre l’oreille, un avant goût du walkman en quelques sorte! Les gens qui voulaient que l’on voie qu’ils possédaient un transistor aimaient  à pousser le volume, imaginez ce que cela devait donner dans les hlm, quand toutes les fenêtres étaient ouvertes l’été!
Mon premier transistor je l’ai eu je pense à mon entrée en cité universitaire; je ne me rappelle plus si je l’ai eu dès la première année(?) …
Il était orange, en plastique orange, cet orange des années 70, car là aussi c’était une nouveauté ces coques en plastique dur! L’appareil gagnait en légèreté, il était donc encore plus facile de le déplacer.
Il a été mon fidèle compagnon pendant ma vie d’étudiante, il faut dire que c’était notre seul divertissement. Nous n’avions ,mes copines et moi pas d’argent pour aller au ciné, ou à des boums, ….alors on écoutait paisiblement nos transistors dans nos chambres. Il m’a suivi durant mes premières années de travail, un jour je l’ai remplacé par un tuner, encore un nom qui n’est plus usité, lui il devient avec la chaine hifi le rêve des années fin 70, et de la décennie 80… mais ça c’est une autre histoire!

                           photo google

mardi 21 février 2012

les 60 ans du stylo bic!


Mon passé de patineur a été brillant, toujours meilleur en programme long qu’en programme court, j’en ai fait des pirouettes de toutes sortes, pirouette avant, pirouette arrière, entre des mains de toutes sortes, des mains d’écoliers maladroits, d’étudiants qui s’ennuyaient au fond de l’amphi ou même de PDG en peine d’idées.
Les sauts, c’est par milliers que l’on peut les compter,  des sauts simples des triples sauts, des sauts lancés et j’ai même eu droit parfois entre des mains énervées, à la spirale de la mort, qui me projette à plusieurs mètres, mais je me suis toujours relevé, je suis de solide constitution.
Parlons des levées, elles ont été si nombreuses, que parfois je ne savais plus où j’en étais. Des levées de quelques mm, parfois de plusieurs cm, parfois beaucoup plus haut après une hésitation, une fin de phrase,  et même des levées par-dessus la tête, pour finir ... accroché... à l’oreille d’un brave épicier!...c’est arrivé quelques fois.
J’ai patiné sur des support très différents, j’ai connu les surfaces bruts, qui m’ont permis de m’imposer dans de nombreux pays, mais ma préférence va bien évidemment au papier glacé.
J’ai évolué  chez des gens de tous les âges, de tous les milieux, tout autant  dans le silence le plus total, que sur des musiques aussi différentes  que la valse, la  pop ou la salsa,
Je patine sans éclabousser,  cela va sans dire! ma trace est toujours nette et précise.
J’ai conquis les juges arbitres américains depuis bien longtemps, et je me suis imposé  dans les écoles dès les années 65.
Si j’ai fait des émules (?)...mais ...j’ai été cloné, des milliards de fois, je suis    resté toujours identique à moi-même, j’ai toujours eu le même style. Je peux  patiner pendant des mois avec mes congénères situés aux 4 coins de la planète.
Ma tenue a toujours été la même, un bonnet assorti à mon maillot visible au travers de mon juste au corps transparent. Seule concession, la couleur de mon maillot, mais pas n’importe quelle couleur, le plus souvent noir ou bleu mais parfois rouge ou vert cela dépendait du tirage au sort avant l’épreuve.
La note que j’ai le plus souvent obtenu, eh bien c’est 6/0 , oui 6/0 , oh comme c’est amusant mais c’est aussi mon âge, 6 0!

                                                         
                                                   photo google

dimanche 19 février 2012

Araignée et souris!


Ecrire un texte en incluant les mots suivants:
Souris. Chapeau. Ciel. Mer. Clapotis. Cabane. Sable. Oiseau. Vaste.
Tous les mots doivent figurer dans le texte que vous écrirez.
La forme est libre ( texte, histoire, poème..) .

Ce matin j’étais sortie avec mon chapeau de soleil, un vieux chapeau, qui avait été bleu autrefois, sa couleur était passée, tout comme celle du ruban. Ce chapeau avait appartenu à ma mère, je ne sais pas pourquoi je l’avais conservé, je n’’avais gardé aucun de ses effets,. Je portais rarement des chapeaux, je n’aimais pas cela, je trouvais qu’ils me décoiffaient. Quand je les enlevais j’avais les cheveux aplatis, et je n’aimais guère cela. Je ne portais donc depuis longtemps plus ni chapeau ni bonnet.  En fermant la fenêtre de ma chambre j’avais tendu machinalement le bras au dessus de l’armoire, avais pris d’un geste vif ce vieux couvre-chef,  ’’pas vraiment élégant’’ m’étais je dis en passant devant la glace!
Je fis tourner la clé dans la serrure, levai les yeux, pour contempler le ciel qui était d’un bleu azuréen. Il n’était que 9h mais il faisait déjà chaud, je descendis avec une certaine vivacité les quelques marches qui me séparaient de la rue.
J’empruntai le petit sentier qui menait vers la mer, mes espadrilles faisaient crisser le sable. Aujourd’hui j’étais seule à la maison, je n’avais rien de prévu, alors j’avais décidé, de me rendre à la cabane, comme nous le faisions autrefois deux ou trois dimanches par an. Ces promenades étaient l’occasion d’un pique-nique à l’ombre de la dite cabane, le reste du temps mon frère et moi le passions à jouer dans l’eau.
Je décidai de marcher, sur le sable mouillé entre le sable sec et la mer, j’aimais entendre le clapotis des vagues, et éviter celles que la mer entrainait toujours un peu plus haut quand  c’était marée haute.
Mon regard se perdit sur cette vaste étendue bleue. Un oiseau, une mouette bien sûr passa au dessus de moi en émettant son piaillement caractéristique.
Depuis longtemps la cabane n‘existait plus, je décidai de m’asseoir sur les gros rochers situés à sa proximité. Je fermai les yeux, je revoyais ces moments passés ici avec mes parents en toute quiétude, avec l’insouciance de l’enfance. Soudain, une petite phrase me traversa l’esprit, ’’attention une souris’’, ce jour là je me retournai vivement, et donnai une gifle magistrale à mon frère. Il était dans sa période araignée, et souris, dans ces périodes de l’enfance ou l’on dépense beaucoup d’imagination, pour effrayer sa sœur . Il courut se plaindre à mes parents, ceux-ci n’en firent cas, il partit bougonner dans un coin.
La semaine suivante il fêta ses onze ans, et ne me parla plus jamais ni d’araignée, ni de souris!.

samedi 18 février 2012

Dans une trousse d'écolier, on discutait entre voisins.
- Moi j'écris silencieusement, chuchota le feutre, comme ça, je ne dérange personne.
- C'est parce que t'es timide, s'esclaffa le stylo à bille, moi je roule mes mots comme je l'entends, tant pis si ça froisse le papier.

- et moi dis le crayon de papier, je suis autant utilisé pour les travaux de précisions, que pour donner libre à toute imagination.
- Oui mais tu finis souvent en gribouillis illisibles! Rétorqua le stylo bille
Mais je sais m’effacer quand il le faut! Enfin je disparais à l’envi!
- t’es triste, t’es moche, avec tes traces uniformément grises, répliquèrent en cœur les crayons de couleurs, nous on est la vie, la gaité,  on transforme les pages en œuvre d’art!
- n’exagérez pas dis le feutre, moi et mes copains, avec nos traits on illumine les textes.
- Oui mais vous êtes le cauchemar des élèves, impossible de vous effacer vous, les stylos bille ou feutre.
-Tant pis pour eux, il n’ont qu’à faire attention ces petits chéris, entonnèrent-ils ensemble!
- mais il prend toute la place celui-là s’offusqua le crayon de couleur rouge
- Eps toi le ’’pépère ’’ tu dors? Ajouta le vert
- Oh moi répondit calmement le stylo encre, permettez moi d’abord d’enlever mon chapeau pour vous saluer!
- t’en fais pas un peu trop! Ne pu s’empêcher de dire le stylo bille
-Moi je suis le préféré, ne vous en déplaise, le chéri des profs, mon écriture est fine, élégante, je suis respecté…
- Ohhhh ça va! crièrent les autres à tue tête!
- J’ai été choisi avec soin, je suis chou chou té!
- Oui mais t’as une petite santé, toute les semaines il te faut ta perfusion!
-Je me nourris d’une encre noble, translucide, qui donne aux écrits un éclat particulier
-Dis donc, t’es bien bavard tout d’en coup!
-Vous avez raison, je ne vais pas continuer à perdre mon temps avec des êtres aussi insignifiants que vous, je vais poursuivre ma sieste, pour être en forme pour le cours de tout à l’heure!




jeu d'écriture n°65 Blog entre2lettres

vendredi 17 février 2012

Auto-portrait!

Voici un sujet des "croqueurs de mots"
 qui  m'a paru un excellent exercice pour démarrer ce blog!

Ecrivez votre autoportrait actuel (physique et moral)   dans un  lieu qui vous ressemble comme si l'on "vous" observait de l'extérieur ou
comme si vous "vous" rencontriez pour la première fois..
Donnez nous envie de "vous" connaitre plus avant ou pas ?
vous pouvez employer l'auto-sastisfaction, l'auto-dérision, l'auto-critique, l'auto-défense, l'auto-cuiseur, ou l'autoroute…

Le portrait de la jardinière que je suis 
entre auto-critique et auto-dérision!

‘’Tiens déjà dans le jardin ce matin, ma parole elle est tombée du lit, faut dire que pendant  tout l’hiver avant 8h , 8h30 pas de volets levés…..
Alors au menu ce matin (?)….ah  elle a sorti son petit banc, ...ah ...elle a déjà disparu,  ben oui, son éternelle brouette qui la suit comme son ombre.
Où va-t-on s’installer?....
T’as du travail, hein après 3 mois d’hiver tu vas avoir de quoi t’occuper, fini les oiseaux que tu observes pendant des heures derrière ta fenêtre de cuisine.
Ca y est, la voici dans son massif en bord de route, je t’assure l’allure sur son banc, bon c’est vrai on commence à s’habituer...bon d’accord elle économise ses genoux, mais quand même, faut oser!
Déjà debout!..... elle  revient avec son panier pour mettre les mauvaises herbes. Un coup de couteau par ci un coup de couteau par là , va finir par être propre son massif. Qu’est ce qu’il lui manque cette fois, je parie qu’elle cherche son sécateur, bon sang où est-ce qu’elle l’a mis l’autre jour. Elle n’a pas fini de chercher, …..(pftt….) quand il n’est pas dans l’autre brouette, peut être est-il au garage, peut être est-il à la cuisine, ...peut être est-il quelque part oublié dans un massif!. ..
Elle fait des efforts pour être organisée mais y a encore du boulot!
Oups la voilà qui revient avec son appareil photo...non non on ne taille pas avec ce genre d’engin!...
Evidemment elle a du voir un papillon ou une chenille... tiens elle passe en revue tous les massifs...quelle manie, une fois par mois, et j’te tire le portrait de tous les coins et recoins du jardin…. et de ce côté-ci et de ce côté-là…y-en-a qu’on du temps à perdre!
Mais quelle activité ce matin,  qu’est ce qu’elle a dans les mains?
Que je suis bête, des pots de fleurs bien sûr!..ben dis donc on ne se prive pas,  ...combien 3, ah doit bien y-en avoir encore un ou deux en attente, parce que trouver une place à une pauvre plante ça relève de l’aventure!. Et c’est toutes les semaines comme ça, ….ça doit finir par revenir cher!
Alors là chut….regardons, ...la danse du pot de fleur va commencer!!

Ca vaut son pesant d’or, pour quelqu’un qui essaie d’économiser ses genoux, je vous parie que dans une heure elle y est encore!  ... on en a posé un dans le massif blanc,...cependant y-a plus trop de place dans celui là?….enfin pour ce que j’en dis!….bon je ne la vois plus,  ça c’est surement une plante d’ombre, pas trouvé la place près du ruisseau, peut être à côté du pin?...

Pour sûr elle n’a pas fini d’acheter des plantes, avec tous les nouveaux massifs qu’elle a créés et maintenant la voilà qui attaque les bords du ruisseau....

Elle est malade, à son âge, mais elle va jamais y arriver!...
Faut reconnaître qu’elle a bossé depuis 2 ans, et elle s’en occupe toute seule,  mais quand même dans 10 ans comment elle va faire?!!!.....et puis je ne voudrais pas être mauvaise langue faudrait p’être entretenir ton coin à compost et enlever les herbes dans tes framboisiers….doit faire ce qu’elle a envie à mon avis!
Tiens voici la copine jardiblogueuse, et c’est reparti pour un  tour du jardin,  …... ah ça bavarde . ….cette fois le traditionnel échange de pots de fleurs, ma parole elles n’en n’ont jamais assez!....."

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...