Mes Motsdoubs

Ce blog prend le relai de mes 2 autres blogs :

Bricoler, jardiner avec passion, cuisiner avec amour, m'occuper de ma maison, réaliser de jolies tables, lire, faire des exercices d'écriture, photographier, bloguer et facebooker, initier mes petits enfants à la peinture et à plein d'autres choses, nager et bouger autant que mon corps me le permet...quoi c'est ça être retraitée vous êtes sûre, je pensais que c'était mon troisième métier!!!
A noter, qu'en entrant votre adresse mail en haut à droite de mes blogs vous pouvez être averti par un mail à chaque nouvel article

dimanche 13 mai 2012

Je rêvais d'être un livre.


Hier encore, j'étais un arbre de grand vent, couvert de feuilles.
Parfois, une jeune femme lisait sous ma frondaison.
Quand ses jolies mains tournaient les pages, je rêvais d'être un livre.
Aujourd'hui, je le suis. Hélas !
Oui il n’y a pas d’autres mots.
Vous ne pouvez-pas imaginer comme j’ai été maltraité, pour en arriver là!
On a coupé toutes mes branches, elles qui faisaient tant ma fierté. Puis mon tronc a été tronçonné. Mon cœur a été débité en planches pour la fabrication de meubles. Le reste de moi-même est parti à l’usine de papier.
Là je me suis réjouis... pâte à papier….livre...ma sève n’a fait qu’un tour...j’allais être enfin transformé en livre. Mais que d’étapes pénibles m’attendaient encore!...
J’ai été déchiqueté, broyé, écrasé, malaxé, blanchi, remué, étalé, pressé, découpé, entassé….rien ne m’a été épargné!
J’ai pris rapidement le chemin de l’imprimerie. Quand le mot best-seller a été prononcé, j’ai sauté de joie... On a apposé sur mes feuilles blanches des signes à l’aide d’encre. Mes feuilles ont été collées, puis on m’a relié.
Ca  y est enfin j’allais être célèbre. J’allais tenir compagnie à de belles dames. J’allais être caressé par des mains élégantes. J’allais être lu par des yeux joliment maquillés. On allait parler de moi, plus exactement de l’œuvre qui était en moi.
Mes livres ont été achetés les deux premières semaines où j’ai occupé les rayons des librairies. Puis très vite les lecteurs ont détourné les yeux. Dans les discussions avec le vendeur on entendait souvent : ’’oui, mais la critique…’’.
Rapidement mes livres ont été relégués au fond des rayonnages.
A la bibliothèque municipale, on m’effleure, on me soulève, puis on me repose.
’’C’est qui celui-ci? ...pas sûr que ce soit intéressant’’, voilà ce que j’entends dans la tête des lecteurs.
J’ai l’impression d'avoir tout raté...mais voyez vous le pire, c’est quand j'entends ces séniors (vous savez ceux qui se disaient amoureux des livres) venir demander à la bibliothécaire : ’’euh mademoiselle, la démonstration pour les livres numériques c’est quand?...ou bien ‘’’vous prêtez des livres numériques?’’...
Là vraiment, je me sens agoniser!
 petit jeu d'écriture créative n° 77 blog ente2lettre

lundi 9 avril 2012

Coeur brisé!



Un chasseur de cœurs a été blessé hier cours Saint Valentin. La victime dont on ignore l’identité a été admise à l’hôpital ‘’’Creve-cœur’’ . Un communiqué des médecins indique que le blessé va mal , il aurait le cœur brisé! Une pathologie encore jamais rencontrée jusqu’à maintenant!
Le meilleur ami du patient est arrivé. ‘’’Un bourreau des cœurs au cœur d’artichaut qui encharnait les conquêtes’’, a-t-il déclaré. Ceci nous éclaire un peu plus sur la personnalité de la victime.
Roméo c’est ainsi que ce  nomme le jeune homme, lui avait vidé son cœur il y a peu. Depuis qu’il avait rencontré Juliette, il n’était plus le même. Elle lui avait donné rendez-vous ce samedi matin cours Saint Valentin devant l’église, son cœur était gonflé d’espoir. Il l’avait vu partir le cœur léger!
Il est vrai que son cœur s’enflammait  souvent , ajouta-t-il, mais cette fois avec Juliette c’était différent! Pas question de la faire souffrir, il était sûr d’avoir gagné son cœur. Elle avait su fait battre son cœur comme jamais auparavant.  Depuis quelque temps il avait l’air sur un petit nuage!
L’ami de Roméo ne semble pas au courant du drame lui-même. Roméo s’est pris les pieds dans la traîne d’une robe de mariée. Juliette ainsi que se nomme la jeune mariée, a dit avoir croisé le regard étonné de ce jeune homme lorsqu’il est tombé , mais a affirmé ne pas le connaître!. 
Le pronostique des médecins est aujourd’hui réservé. Si Roméo devait s’en sortir, il lui faudra donc faire contre mauvaise fortune bon cœur!
                                                        

Petit jeu décriture n° 72 - blog entre 2 lettres

mardi 27 mars 2012

mon objet fétiche!


Parlez de votre objet fétiche
Voici un thème d’écriture auquel j’ai essayé de répondre 

J’ai donc commencé à chercher si j’avais un objet fétiche, un objet que je posséderais depuis des années peut être depuis mon enfance, un objet  qui me porterait chance, ou du moins qui me rassurerait. Alors j’ai cherché, pas de nounours pas de poupée, pas de stylos non plus fétiche, que pourrais-je posséder? Un bibelot, une montre, non rien de cela. Je garde peu de choses, oui mais je suis malgré tout  collectionneuse, ...collectionneuse de verres à liqueur, et pendant la longue période où j’ai eu des problèmes pour marcher, j’ai collectionné avec beaucoup de passion des marque-pages du monde entier.
Mais donc je ne posséderais pas d’objet fétiche, ...et puis en continuant à réfléchir, je me suis dis, mais...mon alliance, ne serait-elle pas un objet fétiche?
Ah mais c’est vrai qu’elle a une histoire.
Après le décès de ma grand-mère maternelle, qui avait toujours vécu avec nous, j’avais souhaité porter son alliance, j’avais alors 28 ans. Elle me rappelait cette grand-mère si gentille, à la fois effacée, mais pleine d’énergie. J’avais envie qu’elle continue à me transmettre cette force.. J’ai donc porté cette alliance.
Quand j’ai été à quelque mois de mon mariage, j’ai dit la phrase banale à mon futur mari, ’’il faut que l’on s’achète des alliances!’’ La première fois pas de réponse, la deuxième fois j’ai eu cette réponse : ’’moi, je travaille dans le domaine de l’électricité, porter une bague c’est dangereux…’’… bon… euh… troisième essai,  ’’dis, il faut que l’on achète nos alliances.’’, alors la réponse ne s’est pas fait attendre, ‘’’tu fais ce que tu veux, mais je ne la porterai jamais!’’ c’est sûr ,c’était dit.. Bon ben je fais quoi? … ma réponse ne s’est pas fait attendre : ‘’’alors si tu ne veux pas la porter, on ne va pas en acheter, et je continuerai à porter celle de ma grand-mère et toi tu n’as qu’à mettre celle de ton père!...voilà j’avais trouvé une solution!’’ donc chose dite chose faite, il a porté l’alliance de son père une soirée, et moi depuis plus de 30 ans je porte l’alliance de ma grand-mère.
Mais l’histoire a eu une suite, ben oui, quelques mois après notre mariage, j’ai trouvé bizarre que  la bijoutière du village n’ait plus très envie de nous saluer…. Il m’a fallu un certain temps pour comprendre que nous ne lui avions pas acheté nos alliances… mais je pense qu’elle a du vite remarquer que mon mari ne portait pas de bague et que la mienne n’avait rien de contemporain!
Comme venez de le découvrir, nous sommes le seul couple français (ou à peu près) qui ne s’est jamais acheté d’alliances!...
''alors, cette alliance, objet fétiche?''….heu peut être?!!!... 
                                                 

dimanche 18 mars 2012

Il prit ses jambes à son cou!

Le petit texte qui va suivre répond à un sujet proposé par la
COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS
Au pied de la lettre
Quel drame terrible a bien pu pousser
celui qui a "réellement" donné sa langue au chat ?
A partir d'une expression choisie
dans le poème de Claude ROY
Je vous invite à inventer une histoire en prenant
littéralement une ou plusieurs de ces expressions
au pied de la lettre.

L'expression choisie est : prendre ses jambes à son cou.

Depuis qu'il était enfant, tout l'effrayait, les autres enfants, la maîtresse, les cousins, le chat du voisin....il avait peur de tout. Très tôt il quitta l'école et resta à la maison, passant son temps à lire ou à jouer sur son ordinateur. Il venait d'avoir dix huit ans quand ses deux parents moururent dans un accident de la route. Il redoutait plus que tout le jour de leur enterrement. Quand l'heure arriva, il sortit par l'arrière de la maison, et se mit à courrir tellement vite, qu'il eut lui même l'impression de prendre ses jambes à son cou! il courut pendant un moment soudain, il eut l'impression que ses jambes avaient du mal à le porter, une grande fatigue, le submergea, il était enfin dans la forêt, il pouvait s'asseoir pour se reposer.

 IL s'endormit. Il se réveilla dans la nuit, la lune brillait, on voyait presque aussi clair qu'en plein jour. Il se dit qu'il serait peut être raisonnable de rentrer chez lui. IL se releva, et là il eut une drôle d'impression, il semblait ne pas mesurer plus d'un mètre....il était bien sur ses deux jambes....mais ses jambes étaient très écartées, ....il retomba lourdement assis sur le sol...il devait essayer de comprendre ce qui se passait...il tendit les mains pour toucher ses cuisses...il n'avait plus de jambes, ..mais là ses chaussures...il posa la main droite sur la chaussure gauche et remonta, sa jambe était bien là...mais...mais ...celle-ci était reliée à son cou...il se mis à hurler d'horreur...que s'était-il passé durant la nuit? oui il se rappelait l'enterrement, la fuite, il avait évoqué alors le sourire aux lèvres, qu'il prenait ses jambes à son cou, et.... elles étaient bien là maintenant. Il devait entrer vite, très vite, la peur le submergea, personne ne devait le voir.

Il fit le chemin inverse de la veille, arriva chez lui, et s'effondra sur son lit. Le lendemain rien n'avait changé, ses jambes étaient toujours accrochées à son cou. Il lui faudrait vivre avec...il devait s'organiser, personne ne devait savoir.

Son sauveur, ce fut internet, plus besoin de sortir, tout pouvait se faire grâce au petit écran de son ordinateur. Il pouvait commander ses courses , déclarer les impôts, assurer la maison, gérer son compte en banque...tout pouvait se faire en ligne!
Il ne sortait plus...chaque nuit il ouvrait la porte fenêtre située à l'arrière de la maison , là où il n'y avait aucun vis à vis, et prenait un peu l'air sur le petit balcon.

Un matin, alors qu'il venait de se connecter à internet, et qu'il parcourait google actualité, il vit que l'un des titres portait le nom de sa ville. Il cliqua sur l'article, et stupeur une photo de lui sur son balcon apparu à l'écran, il se mit à lire l'article, et compris que l'on parlait de lui, il avait été vu, photographié. Il comprenait mieux pourquoi depuis quelques jours des passants s'attardaient devant sa maison...

Une rumeur monta de la rue, il se déplaça jusqu'à la fenêtre, et vit sur le trottoir, 5 gendarmes, un attroupement de badauds...il comprit ....une peur panique s'empara de lui...
sans réfléchir, il ouvrit la fenêtre à l'arrière de sa maison, sauta et partit ventre à terre à terre..
....on ne le revit jamais!

dimanche 11 mars 2012

Pli non distribuable!



Mon Dieu mais quel crime a commis mon correspondant pour que l’agent de la poste soit quasiment dans l’impossibilité de distribuer mon courrier…  mon adresse était correct, mais il manquait le numéro de rue, c’est drôle comme d’un seul coup les facteurs ont un mal fou quand il manque la moindre bricole sur un courrier ces derniers temps. En janvier ils ont même carrément retourné une lettre de l’assurance pour le même motif.

Si je reconnais le bien fondé de la démarche de la poste, il faut signaler qu’il y a deux ans (c’est pas vieux!) il n’y avait pas de numéros d’attribués aux maisons du village (de 70 habitants), mais comment faisait le facteur d'alors! Et si je vous dit qu’il y a une dizaine d’années il n’y avait pas de nom de rue dans les villages, mais comment faisaient-ils ????

Ca c’est sûre ils prenaient leur temps, surtout notre facteur de l’époque, quand il portait un pli à la maison, une fois qu’il l’avait remis avec un large sourire,  qu’on lui avait demandé si ça allait, il attendait... il attendait que l’on parle de la pluie ou du beau temps, ou d’autres choses... Quand le mois de décembre arrivait alors là on ne savait pas du tout à quelle heure le courrier allait arriver, effectivement c’était le mois des étrennes, au rythme des causettes longues durées, il lui fallait un mois pour passer dans  toutes les maisons des quelques villages auxquels il distribuait le courrier.
 Il y a 5 à 6 ans il est parti à la retraite et a été remplacé, par un homme un peu plus jeune, alors là changement de rythme,  je l’appelais le Lucky Luck de la poste, vous savez celui qui distribue le courrier plus vite que son ombre… lui aussi très aimable très souriant, mais il ne vous avait pas remis votre colis ou votre lettre qu’il était déjà parti! Àh là jamais de retard pour le courrier, et je ne l’ai jamais vu pour les étrennes, du reste je ne sais d'ailleurs pas si  cette habitude ancestrale perdure! Il est sûr que ce nouveau style de facteur annonçait de grands changements en perspective!.
Aujourd’hui les temps ont bien changé, le facteur ne connait plus personne, on exige d’eux rendement et  tolérance zéro, la fonction s’en trouve soudain déshumanisée!

mardi 6 mars 2012

et moi et moi!....

quand on est tagué comme on dit dans le langage des blogueurs ont doit répondre à un certain nombre de questions faisant parties du petit jeu. ces questions sont personnelles, et pour changer la présentation, j'ai décidé de mettre toutes mes réponses dans un petit texte.
Voici les 11 questions auxquelles je dois ajouter 11 choses me concernant!

1- Quelle  est ta saison préférée ?
2- Quelle est ta plante préférée ?
3- Quelle est ta couleur préférée ?
4- Quel est ton dessert préféré ?
5- Quel est ton chiffre préféré ?
6- Quelle chanson préféres-tu en ce moment ?
7- Quel film as-tu vu dernièrement ?
8- Quel est ton moment préféré dans la journée ?
9- Si tu étais un animal, tu serais ...?
10- Si tu étais une fleur, tu serais ...?
11- As-tu un talent particulier ?


Le meilleur moment de ma journée, c'est ...le matin ....eh
oui, savez-vous que j'adore déjeuner au lit...cela, ça remonte à quand j'étais enfant....chut (!)... ma mère m'apportait de temps en temps mon petit dej. au lit...oui, oui...alors peut être que je replonge un peu tous les matins dans mon enfance ...allez savoir, en tous les cas c'est certainement cela qui me donne ma force et mon tonus! Donc une petit gorgée de café, un petit coup d'oeil vers mon paulownia dont je vois les énormes branches depuis ma chambre, peut être la plante préférée de mon jardin, il est tellement majestueux et il intrigue tellement ...ah oui un p'tit coup d'oeil dans l'espoir de voir mon ou plutot mes écureuils (Mr Doubsjardin les a vu les 2 en même temps, en train de tourner autour du tronc du paulownia, ne sachant pas que l'autre était présent, mais quand l'un s'est arrêté , ils se sont trouvés nez à nez et on eu parait-il la peur de leur vie!....un spectacle auquel j'aurais bien aimé participé.) on va donc dire que si j'étais un animal je serais un écureuil  , vu que je ne suis pas trop chien et chat, désolée les copines mais c'est comme ça, je préfère les fabriquer comme ici sur cette photo le petit chien en éponge jaune. La semaine dernière je l'ai emmenée à mon petit fils, et pour l'occasion j'ai mis ma casquette de mamy bricolage, j'arrive avec mes dessins et autres attirails(ça doit amuser ma belle fille!) et nous consacrons un moment dans la journée à de la création, encore assez approximative certes, mais ...c'est un début! ici nous peignons sur le papier(!) youpy le fameux chien.
Ensuite le moment ordi, je me suis offert un portable et j'en profite (mon mari dit que l'on pourrait me le fixer sur les genoux), c'est la  revue  matinale des blogs, quel travail avec 3 blogs...mais bon j'aime ça , je suis tombée dedans (l'informatique) il y a très longtemps, quoi bientôt 40 ans ....donc vous comprenez,... et ce que j'aime dans mes blogs c'est que ça me booste drôlement, alors pourquoi s'en priver.
Ensuite et bien non je ne chante pas sous ma douche ma chanson préférée qui est ...en fait je n'en n'ai pas vraiment... ne pas savoir chanter est un de mes grands regrets, mais bon c'est comme cela!...je vais du reste vous raconter une anecdote, un jour on sonne à la porte, et c'était un Mr qui se présentait comme artiste régionale et qui voulait me vendre son cd(!)....n'étant pas intéressée, il me dit : mais vous écoutez de la musique?" et je lui ai réponds "non, j'écoute le silence",... ce qui est vrai, j'aime le calme et le silence de ma campagne....le brave homme a été sidéré par ma réponse et fort mécontent que je ne lui achète rien!
Ma saison préférée est sans conteste l'été, car on vit une partie de la journée dehors (surtout quand on est en retraite...tralala!) on peut manger dehors, lire,se reposer, bricoler au jardin, recevoir les amis dans la décontraction, c'est vraiment super! Beaucoup de fleurs dans mon jardin, celles que j'aimerais être, peut être celle de sédums, discrète, toujours au rendez-vous  d'une année sur l'autre. Quant à la couleur, j'aime les couleurs telles que le jaune, l'orange, le rouge, j'aime la lumière, et je fustige du reste  cette mode qui a mis la gente féminine en deuil,... j'ai même fini par me résoudre à suivre le mouvement mais ça ne me plait pas vraiment!.
J'adore cuisiner, mais quel est mon dessert préféré, heu...peut être la tarte avec les fruits de mon jardin, quelque soit le fruit du reste. Cuisiner est donc l'un de mes talents(!!), mais j'aime aussi bricoler, peindre, décorer mes tables, (voilà que mon mari me réclame des belles tables!), écrire (j'essaie!)  mais j'aime aussi lire....par contre les tâches ménagères c'est pas trop mon truc!... mais je ne dois pas être la seule!...

dimanche 4 mars 2012

Chute d'oreilles!


- Madame, l'anti-poux que vous m'avez conseillé d'acheter en pharmacie,
provoque des chutes d'oreilles !
- Des chutes d'oreilles ?
- Oui Madame, des chutes d'oreilles ! Ce matin, alors que je faisais mon lit, j’ai perdu 4 oreilles une jaune, une bleue,  une…
- c’est la première fois?
- Oh non ça fait plusieurs jours que j’en perds il faut dire que j’en ai de toutes les couleurs autour de la tête!
- et vous ne les retrouvez pas!?
- Je les cherche partout mais je n’arrive pas à les retrouver.
- ahhh
- Vous savez elles me manquent vraiment, avec la bleue j’écoute les oiseaux chanter dans les arbres, avec la verte j’entends le vent qui agite les branches , avec…
- Dites vous n’avez pas vu Françoise tout à l’heure?
- Quand Françoise est passée j’étais sous mon lit en train de chercher mes oreilles…
- Bon je comprends mieux maintenant
- ….
- Alors ne bougez-pas Françoise arrive avec un nouveau vaccin, qui fait repousser les oreilles!...c’est tout nouveau!
- Vous êtes sûre?
- Ah oui , c’est garanti toutes les oreilles que vous avez perdues vont repousser… ne quittez surtout pas, j’ai un autre appel...Clinique psychiatrique, bonjour!.....

petit jeu d'écriture créative 67- blog entre2lettres

lundi 27 février 2012

Le vieux couteau.


Une fourchette et un vieux couteau se rencontrent dans un lave vaisselle: racontez

- Oh Oh mais qu’est ce qu’il m’arrive,
- Ben, c’est l’heure du bain papy
- Hum, hum un peu de respect la p’tite fourchette
- Tu n’connais pas le lave-vaisselle?
C’est que de mon temps on me mettait dans une grande bassine, on me frottait lentement, ensuite on m’essuyait délicatement, en prenant soin de me faire briller.
- Dis donc ça doit te changer! Un coup de jet par ci, un coup de jet par là, et j’te dis pas le reste!....mais pourquoi on t’faisait briller?
-Vois-tu Demoiselle fourchette, moi je suis en argent, et je suis conservé dans un écrin.
- Rien que ça!
- Oui oui rien que ça! Mais je crois que l’on m’avait oublié, il y a bien longtemps que l’on ne m’a pas utilisé.
- Moi pas besoin de me faire briller, je suis en inox mat!
- En quoi?
- Laisse tomber!
- Oui et moi je suis décoré, regarde ces initiales, ce décors… heu toi on ne peut pas en dire autant jeune fille!
- Ben moi j’ suis à la dernière mode, manche élancé, lame pointue…
- Oh là mais cette chaleur, c’est insupportable
- Va falloir t’y habituer! On est en train de nous sécher
......
- Et ce bruit?
- La porte s’ouvre… on va nous ranger…. Au revoir vieux couteau!

samedi 25 février 2012

Le scarabée et le grillon


Un scarabée sur le dos se retrouva
et pour la première fois vit le ciel en entier.
Que faites-vous en pareille posture ? s'étonna...
Essayez de poursuivre telle une fable . blog entre2lettres 

Un scarabée sur le dos se retrouva
Et pour la première fois vit le ciel en en entier
Que faites-vous en pareille posture ? S’étonna
Le  grillon, essayant de le remettre sur pied.

Vous n’êtes qu’un sot!  Pour moi la lune et le soleil
Sont en fait plein d’enseignement!
Je me plais dans un état pareil
À scruter le ciel longuement.

Deux jours passèrent et toujours,
À son observation l’insecte se trouvait.
Ah mon voisin le grillon, bonjour,
Si vous m’aidiez à me retourner j’applaudirais.

Le grillon lui répondit, que néni,
Moi aussi, j’ai fort à faire,
car voyez-vous avant midi
il me faut donner un concert.

vendredi 24 février 2012

Histoire de transistor


Ecrire sur un objet courant de votre passé. La description doit se faire en détails, afin de provoquer la nostalgie.
Cela peut être un objet, ou quelque chose que vous faisiez autrefois et que vous ne faites plus aujourd’hui. 

Tiens en choisissant l’objet que je vais décrire, je m’aperçois que son nom n’est plus du tout usité aujourd’hui….
Le transistor quelle révolution fin des années 60, époque à laquelle il est entrée dans de nombreux foyers français.
Jusque là, un gros poste trônait à la cuisine. Ces postes étaient volumineux car ils fonctionnaient avec des lampes. La découverte de l’élément électronique nommé transistor qui pouvait remplacer un circuit composé de plusieurs lampes, allait faire naître des appareils aux tailles de plus en plus petites. Je pense que c’est entre 65 et 70 que mes parents, remplacèrent leur fidèle compagnon, par le fameux transistor. Son avantage dû à sa taille, était que l’on pouvait le promener dans la maison même s’il en fonctionnait que sur le secteur, mais ma mère l’installa au dessus du frigidaire, et il n’en bougea plus. Son antenne permettait de capter des fréquences nouvelles, et d’écouter France musique ou France culture sur la modulation de fréquence comme on l’appelait.
Les appareils à piles sont apparus autour de 1970, les transistors ont vu leur taille diminuer, certes pas toujours au bénéfice de la qualité, mais surtout au bénéfice, de la mobilité. On pouvait alors se promener avec son transistor.. Les prix ayant énormément diminués,  de plus en plus de personnes achetèrent un transistor .Au début des transistors à piles, je me souviens, que certains très fiers d’en posséder n’hésitaient pas à le sortir de la maison. On l’emmenait entre autre à la plage. Les bords de l’eau qui jusque là n’avaient connu qu’une douce quiétude, étaient envahis par ces appareils qui distillaient leur musique ou le tour de France, de façon assez bruyante il faut le dire. Plus question de tranquillité lorsque nous passions l’après –midi à la rivière, nous devions ostensiblement supporter les bavardages ou autres chansons sur des appareils à la qualité souvent médiocre. La miniaturisation progressa très vite, si bien qu’il arrivait même de voir des gens se promener avec leur transistor contre l’oreille, un avant goût du walkman en quelques sorte! Les gens qui voulaient que l’on voie qu’ils possédaient un transistor aimaient  à pousser le volume, imaginez ce que cela devait donner dans les hlm, quand toutes les fenêtres étaient ouvertes l’été!
Mon premier transistor je l’ai eu je pense à mon entrée en cité universitaire; je ne me rappelle plus si je l’ai eu dès la première année(?) …
Il était orange, en plastique orange, cet orange des années 70, car là aussi c’était une nouveauté ces coques en plastique dur! L’appareil gagnait en légèreté, il était donc encore plus facile de le déplacer.
Il a été mon fidèle compagnon pendant ma vie d’étudiante, il faut dire que c’était notre seul divertissement. Nous n’avions ,mes copines et moi pas d’argent pour aller au ciné, ou à des boums, ….alors on écoutait paisiblement nos transistors dans nos chambres. Il m’a suivi durant mes premières années de travail, un jour je l’ai remplacé par un tuner, encore un nom qui n’est plus usité, lui il devient avec la chaine hifi le rêve des années fin 70, et de la décennie 80… mais ça c’est une autre histoire!

                           photo google

mardi 21 février 2012

les 60 ans du stylo bic!


Mon passé de patineur a été brillant, toujours meilleur en programme long qu’en programme court, j’en ai fait des pirouettes de toutes sortes, pirouette avant, pirouette arrière, entre des mains de toutes sortes, des mains d’écoliers maladroits, d’étudiants qui s’ennuyaient au fond de l’amphi ou même de PDG en peine d’idées.
Les sauts, c’est par milliers que l’on peut les compter,  des sauts simples des triples sauts, des sauts lancés et j’ai même eu droit parfois entre des mains énervées, à la spirale de la mort, qui me projette à plusieurs mètres, mais je me suis toujours relevé, je suis de solide constitution.
Parlons des levées, elles ont été si nombreuses, que parfois je ne savais plus où j’en étais. Des levées de quelques mm, parfois de plusieurs cm, parfois beaucoup plus haut après une hésitation, une fin de phrase,  et même des levées par-dessus la tête, pour finir ... accroché... à l’oreille d’un brave épicier!...c’est arrivé quelques fois.
J’ai patiné sur des support très différents, j’ai connu les surfaces bruts, qui m’ont permis de m’imposer dans de nombreux pays, mais ma préférence va bien évidemment au papier glacé.
J’ai évolué  chez des gens de tous les âges, de tous les milieux, tout autant  dans le silence le plus total, que sur des musiques aussi différentes  que la valse, la  pop ou la salsa,
Je patine sans éclabousser,  cela va sans dire! ma trace est toujours nette et précise.
J’ai conquis les juges arbitres américains depuis bien longtemps, et je me suis imposé  dans les écoles dès les années 65.
Si j’ai fait des émules (?)...mais ...j’ai été cloné, des milliards de fois, je suis    resté toujours identique à moi-même, j’ai toujours eu le même style. Je peux  patiner pendant des mois avec mes congénères situés aux 4 coins de la planète.
Ma tenue a toujours été la même, un bonnet assorti à mon maillot visible au travers de mon juste au corps transparent. Seule concession, la couleur de mon maillot, mais pas n’importe quelle couleur, le plus souvent noir ou bleu mais parfois rouge ou vert cela dépendait du tirage au sort avant l’épreuve.
La note que j’ai le plus souvent obtenu, eh bien c’est 6/0 , oui 6/0 , oh comme c’est amusant mais c’est aussi mon âge, 6 0!

                                                         
                                                   photo google

dimanche 19 février 2012

Araignée et souris!


Ecrire un texte en incluant les mots suivants:
Souris. Chapeau. Ciel. Mer. Clapotis. Cabane. Sable. Oiseau. Vaste.
Tous les mots doivent figurer dans le texte que vous écrirez.
La forme est libre ( texte, histoire, poème..) .

Ce matin j’étais sortie avec mon chapeau de soleil, un vieux chapeau, qui avait été bleu autrefois, sa couleur était passée, tout comme celle du ruban. Ce chapeau avait appartenu à ma mère, je ne sais pas pourquoi je l’avais conservé, je n’’avais gardé aucun de ses effets,. Je portais rarement des chapeaux, je n’aimais pas cela, je trouvais qu’ils me décoiffaient. Quand je les enlevais j’avais les cheveux aplatis, et je n’aimais guère cela. Je ne portais donc depuis longtemps plus ni chapeau ni bonnet.  En fermant la fenêtre de ma chambre j’avais tendu machinalement le bras au dessus de l’armoire, avais pris d’un geste vif ce vieux couvre-chef,  ’’pas vraiment élégant’’ m’étais je dis en passant devant la glace!
Je fis tourner la clé dans la serrure, levai les yeux, pour contempler le ciel qui était d’un bleu azuréen. Il n’était que 9h mais il faisait déjà chaud, je descendis avec une certaine vivacité les quelques marches qui me séparaient de la rue.
J’empruntai le petit sentier qui menait vers la mer, mes espadrilles faisaient crisser le sable. Aujourd’hui j’étais seule à la maison, je n’avais rien de prévu, alors j’avais décidé, de me rendre à la cabane, comme nous le faisions autrefois deux ou trois dimanches par an. Ces promenades étaient l’occasion d’un pique-nique à l’ombre de la dite cabane, le reste du temps mon frère et moi le passions à jouer dans l’eau.
Je décidai de marcher, sur le sable mouillé entre le sable sec et la mer, j’aimais entendre le clapotis des vagues, et éviter celles que la mer entrainait toujours un peu plus haut quand  c’était marée haute.
Mon regard se perdit sur cette vaste étendue bleue. Un oiseau, une mouette bien sûr passa au dessus de moi en émettant son piaillement caractéristique.
Depuis longtemps la cabane n‘existait plus, je décidai de m’asseoir sur les gros rochers situés à sa proximité. Je fermai les yeux, je revoyais ces moments passés ici avec mes parents en toute quiétude, avec l’insouciance de l’enfance. Soudain, une petite phrase me traversa l’esprit, ’’attention une souris’’, ce jour là je me retournai vivement, et donnai une gifle magistrale à mon frère. Il était dans sa période araignée, et souris, dans ces périodes de l’enfance ou l’on dépense beaucoup d’imagination, pour effrayer sa sœur . Il courut se plaindre à mes parents, ceux-ci n’en firent cas, il partit bougonner dans un coin.
La semaine suivante il fêta ses onze ans, et ne me parla plus jamais ni d’araignée, ni de souris!.

samedi 18 février 2012

Dans une trousse d'écolier, on discutait entre voisins.
- Moi j'écris silencieusement, chuchota le feutre, comme ça, je ne dérange personne.
- C'est parce que t'es timide, s'esclaffa le stylo à bille, moi je roule mes mots comme je l'entends, tant pis si ça froisse le papier.

- et moi dis le crayon de papier, je suis autant utilisé pour les travaux de précisions, que pour donner libre à toute imagination.
- Oui mais tu finis souvent en gribouillis illisibles! Rétorqua le stylo bille
Mais je sais m’effacer quand il le faut! Enfin je disparais à l’envi!
- t’es triste, t’es moche, avec tes traces uniformément grises, répliquèrent en cœur les crayons de couleurs, nous on est la vie, la gaité,  on transforme les pages en œuvre d’art!
- n’exagérez pas dis le feutre, moi et mes copains, avec nos traits on illumine les textes.
- Oui mais vous êtes le cauchemar des élèves, impossible de vous effacer vous, les stylos bille ou feutre.
-Tant pis pour eux, il n’ont qu’à faire attention ces petits chéris, entonnèrent-ils ensemble!
- mais il prend toute la place celui-là s’offusqua le crayon de couleur rouge
- Eps toi le ’’pépère ’’ tu dors? Ajouta le vert
- Oh moi répondit calmement le stylo encre, permettez moi d’abord d’enlever mon chapeau pour vous saluer!
- t’en fais pas un peu trop! Ne pu s’empêcher de dire le stylo bille
-Moi je suis le préféré, ne vous en déplaise, le chéri des profs, mon écriture est fine, élégante, je suis respecté…
- Ohhhh ça va! crièrent les autres à tue tête!
- J’ai été choisi avec soin, je suis chou chou té!
- Oui mais t’as une petite santé, toute les semaines il te faut ta perfusion!
-Je me nourris d’une encre noble, translucide, qui donne aux écrits un éclat particulier
-Dis donc, t’es bien bavard tout d’en coup!
-Vous avez raison, je ne vais pas continuer à perdre mon temps avec des êtres aussi insignifiants que vous, je vais poursuivre ma sieste, pour être en forme pour le cours de tout à l’heure!




jeu d'écriture n°65 Blog entre2lettres

vendredi 17 février 2012

Auto-portrait!

Voici un sujet des "croqueurs de mots"
 qui  m'a paru un excellent exercice pour démarrer ce blog!

Ecrivez votre autoportrait actuel (physique et moral)   dans un  lieu qui vous ressemble comme si l'on "vous" observait de l'extérieur ou
comme si vous "vous" rencontriez pour la première fois..
Donnez nous envie de "vous" connaitre plus avant ou pas ?
vous pouvez employer l'auto-sastisfaction, l'auto-dérision, l'auto-critique, l'auto-défense, l'auto-cuiseur, ou l'autoroute…

Le portrait de la jardinière que je suis 
entre auto-critique et auto-dérision!

‘’Tiens déjà dans le jardin ce matin, ma parole elle est tombée du lit, faut dire que pendant  tout l’hiver avant 8h , 8h30 pas de volets levés…..
Alors au menu ce matin (?)….ah  elle a sorti son petit banc, ...ah ...elle a déjà disparu,  ben oui, son éternelle brouette qui la suit comme son ombre.
Où va-t-on s’installer?....
T’as du travail, hein après 3 mois d’hiver tu vas avoir de quoi t’occuper, fini les oiseaux que tu observes pendant des heures derrière ta fenêtre de cuisine.
Ca y est, la voici dans son massif en bord de route, je t’assure l’allure sur son banc, bon c’est vrai on commence à s’habituer...bon d’accord elle économise ses genoux, mais quand même, faut oser!
Déjà debout!..... elle  revient avec son panier pour mettre les mauvaises herbes. Un coup de couteau par ci un coup de couteau par là , va finir par être propre son massif. Qu’est ce qu’il lui manque cette fois, je parie qu’elle cherche son sécateur, bon sang où est-ce qu’elle l’a mis l’autre jour. Elle n’a pas fini de chercher, …..(pftt….) quand il n’est pas dans l’autre brouette, peut être est-il au garage, peut être est-il à la cuisine, ...peut être est-il quelque part oublié dans un massif!. ..
Elle fait des efforts pour être organisée mais y a encore du boulot!
Oups la voilà qui revient avec son appareil photo...non non on ne taille pas avec ce genre d’engin!...
Evidemment elle a du voir un papillon ou une chenille... tiens elle passe en revue tous les massifs...quelle manie, une fois par mois, et j’te tire le portrait de tous les coins et recoins du jardin…. et de ce côté-ci et de ce côté-là…y-en-a qu’on du temps à perdre!
Mais quelle activité ce matin,  qu’est ce qu’elle a dans les mains?
Que je suis bête, des pots de fleurs bien sûr!..ben dis donc on ne se prive pas,  ...combien 3, ah doit bien y-en avoir encore un ou deux en attente, parce que trouver une place à une pauvre plante ça relève de l’aventure!. Et c’est toutes les semaines comme ça, ….ça doit finir par revenir cher!
Alors là chut….regardons, ...la danse du pot de fleur va commencer!!

Ca vaut son pesant d’or, pour quelqu’un qui essaie d’économiser ses genoux, je vous parie que dans une heure elle y est encore!  ... on en a posé un dans le massif blanc,...cependant y-a plus trop de place dans celui là?….enfin pour ce que j’en dis!….bon je ne la vois plus,  ça c’est surement une plante d’ombre, pas trouvé la place près du ruisseau, peut être à côté du pin?...

Pour sûr elle n’a pas fini d’acheter des plantes, avec tous les nouveaux massifs qu’elle a créés et maintenant la voilà qui attaque les bords du ruisseau....

Elle est malade, à son âge, mais elle va jamais y arriver!...
Faut reconnaître qu’elle a bossé depuis 2 ans, et elle s’en occupe toute seule,  mais quand même dans 10 ans comment elle va faire?!!!.....et puis je ne voudrais pas être mauvaise langue faudrait p’être entretenir ton coin à compost et enlever les herbes dans tes framboisiers….doit faire ce qu’elle a envie à mon avis!
Tiens voici la copine jardiblogueuse, et c’est reparti pour un  tour du jardin,  …... ah ça bavarde . ….cette fois le traditionnel échange de pots de fleurs, ma parole elles n’en n’ont jamais assez!....."

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...